• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 12 juin 2017

    Lui et moi

    Lui et moi, moi et lui... C'est une histoire qui a commencé il y a bientôt dix ans. L'histoire d'un amour impossible et d'une séparation qui sera pour moi la source de mille tourments...

    L'histoire de deux garçons qui, depuis, vivent leur vie chacun de leur côté, tout en gardant entre eux ce lien étrange et probablement indéfectible qui unit deux personnes qui se sont aimées de manière très sincère et se sont quittées tout aussi sincèrement, avec ce goût amer de l'inachevé. Une histoire qui porte en elle la sève vive de ces grands arbres qui n'ont pas fini de grandir et dont on sait que l'on verra, un jour, s'étendre au loin l'imposante ramure.

    Dix ans bientôt que tout a fini et que, pourtant, rien n'a véritablement cessé entre nous. 

    Oui, il est étrange ce lien invisible qui perdure à travers l'espace et le temps. Ce lien qui raconte le souvenir d'un baiser volé sous un porche, d'une course sous la pluie battante en quête d'un abri, d'un appel à l'aide un samedi dans le train qui me menait à Lyon, et celle d'un short orange restitué à son propriétaire un soir de juin sur les quais de la Seine, tandis que nous mangions des pistaches...

    Aussi, ce soir, passant devant la place du Capitole particulièrement belle, toute habillée des lumières du couchant sous un ciel d'azur impeccable en cette magnifique journée de juin, je lui envoyai une photo, pour lui faire un coucou, comme ça, histoire de faire fonctionner le fil d'Ariane qui nous relie.

    Hey : tu es là ?

    Comme à chaque fois, il m'a répondu et m'a donné de ses nouvelles, me demandant des miennes. Puis il s'enquit de savoir, si bientôt je montais à Paris, m'enjoignant de le prévenir dans ce cas. Je lui indiquai que je comptais le faire au plus tard en novembre et peut-être même avant la fin cet été, si mon emploi du temps me le permettait.

    "C'est cool alors. On se revoit cette année :-)" a-t-il conclu.

    Sa réponse, empreinte de cette spontanéité innocente et naïve que je lui connais depuis toujours, débordant de la candeur désarmante qui le caractérise, m'a fait intérieurement sourire, avec une infinie tendresse.

    Oui, c'est cool. C'est même très cool qu'il ait toujours envie que l'on puisse se voir. Et oui, on va se revoir cette année. La dernière fois c'était il y a déjà cinq ans, quelques semaines avant que je ne parte pour six mois en Argentine. Que le temps passe vite...

    Ces petits échanges, aussi rares et brefs soient-ils, sont comme des coups sur une cordée, histoire de s'assurer que tout le monde va bien, au cas où. Le fil d'Ariane. Et parce qu'il n'est pas quelqu'un de tout à fait ordinaire, ils témoignent aussi d'une mémoire commune du temps passé, de très jolis souvenirs communs - même si certains m'ont longtemps été douloureux, et de ce que, au fond, dans son regard et dans l'affection qu'il me porte, je ne suis pas un si mauvais type...

    2 commentaires:

    1. émouvante tambourinade, j'ai la même histoire inachevée avec un homme marié, pour mon cas c'est mieux ainsi, une histoire où on n'a pas conclu, du coup on a un amour infini l'un pour l'autre, qui durera toujours

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Parce que c'était lui, parce que c'était moi...

        Supprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !